Archive | août, 2015

Imperméable, parapluie, chapeau de soleil ? A vous de voir …. mais venez nombreux écouter la Fanfareduloup Orchestra à 17h30.

23 Août
Publicités

Terminer la saison en fanfare. Ca ne se dit pas. Mais…..ça se fait.

22 Août

Fanfareduloup ORCHESTRA

La Fanfareduloup Orchestra : tenue de rigueur incorrecte.

La fanfare du loup nous fait revivre d’autres lieux et d’autres temps. Nostalgie de la musique des kiosques de parcs et jardins, principalement dans les villes d’eau à partir de la fin du XIXème siècle, où les fanfares et harmonies jouaient un répertoire destiné aux curistes et aux habitants.

« Ils n’ont pas besoin d’un cerveau pour marcher, une moelle épinière suffit ».
Contrairement aux interprètes d’airs militaires, aux musiciens-soldats épinglés par Albert Einstein, les membres du Fanfareduloup Orchestra vivent l’urgente nécessité de posséder tous leurs organes, et en premier lieu, le coeur, le palpitant, la pompe vitale. C’est en effet de ce brasier intérieur, source et moteur, que naissent les rythmes calorifères qui réchauffent notre planète en voie de glaciation.
L’ activité des musiciens du Loup est donc proprement capitale : elle retarde ni plus ni moins la fin d’un monde, celui des sentiments, promis aux frigorifiques des cités post-industrielles.

Tango, rumba, cumbia, calypso, rock, jazz ou musette métèque, leur répertoire est une histoire d’amour frénétique.
Le récit d’une fête transcontinentale sur laquelle le soleil ne se couche jamais. Un rêve métissé où se croisent dans l’air embué du matin tropical l’oiseau parleur des fables de Garcia Marquez et le squelette dansant et cliquetant du Mexique lunaire de Juan Rolfo.

Sur scène ou dans la rue, du théâtre à la vie, en Suisse ou à l’étranger, depuis ses débuts, Le Fanfareduloup Orchestra a choisi de ne pas « marcher » dans la combine : ni au pas ni en file indienne. Mais à la débandade, en ordre dispersé, comme les clowns de Fellini, en criant entre deux quintes de rire : avanti popolo !

Les cuivres – solaires -, les cordes – pour y pendre le linge essoré des songes -, les percussions – battements chavirés du plaisir – concourent, chacun à son ineffable manière, à faire de leurs spectacles des îlots de bonheur où viennent inévitablement échouer les naufragés évadés de « L’esprit du temps », ce sinistre vaisseau fantôme hantant les mers froides du globe.

Juan Martinez

Un public concquis par l’après-midi flamenco

22 Août

FlamencoIMG_2065

FlamencoIMG_2052

FlamencoIMG_2062

FlamencoIMG_1999-1

Le soleil fait son apparition. On vous attend nombreux au parc.

16 Août

Avec « Cantes de Fraguas » Manolo Carmona « El Huelebien », nous amène aux racines du flamenco.

15 Août

Cantes de Fragua – Initiation à l’histoire du flamenco

Le flamenco se rapporte à une culture toute entière, à son histoire et prend ses racines parmi les gitans d’Andalousie. Le répertoire flamenco est avant tout un répertoire de chants, même si certains de ces chants sont dansés dès l’origine, même si pour le grand public ce sont plutôt les guitaristes qui sont médiatisés.
Au début, les chants flamenco, comme la fragua, martinette, cabales et seguiriyas sont des chants de fragua ou « chants de forge », chantés a capella. En effet, le métier de forgeron a été très souvent exercé par des gitans et certains chanteurs ont commencé leur parcours professionnel à la forge. Par exemple le Martinete, chant des forgerons, sans guitare « a palo seco », est accompagné du rythme du « martillo », marteau frappé sur l’enclume.
Le flamenco était surtout chanté et dansé « en famille » parmi les gitans. Dans les années 50, on commence à chanter dans les théâtres et les cafés et dans des fêtes privées pour les gens aisés.
Aujourd’hui, Manolo nous fait découvrir la richesse et la variété du flamenco, qu’on n’apprécie qu’en le ressentant profondément.

Manolo Carmona « El Huelebien »

Cantaor gitan, dit « El Huelebien » il est né aux abords de Grenade et ressent très vite le besoin d’exprimer les traditions gitanes à travers le chant
Il se forme instinctivement au « cante flamenco » lors de soirées familiales et d’amis ou en se produisant dans des mariages et baptêmes gitans.
Plus tard, dans la mouvance du Sacromonte (quartier de Grenade) et en se laissant emporter par les sensations transmises par les « seguiriyas » et fandangos » de Manuel Torres « El Chocolate », par les « soleàs » de Antonio Malena et par le chant de son propre père, Manuel Carmona s’ancre de plus en plus dans le monde du « cante jondo »
Il arrive à Genève il y a une vingtaine d’années et, avec quelques gitans unis par l’amour de la musique, forme en 1983 un groupe avec José Torres « El Gurri » appelé « Salsa Flamenca ». Après une étape marquée par l’ouverture sur de nombreuses influences extérieures, le groupe s’oriente vers un flamenco résolument « puro » tant sur le plan musical que sur celui de la danse.
A Genève, sa collaboration avec les Ateliers d’Ethnomusicologie s’est accrue au fil des ans, notamment lors de la Fête de la Musique. Il se produit, aussi, à l’AMR, l’Alhambra et au Forum de Meyrin aux cotés de danseurs « genevois » comme Antonio et Silvia Perujo ou encore Ana « La China ».
Son répertoire s’enrichit aussi bien de chants provenant de l’ancien flamenco traditionnel que de ses compositions propres.
Manolo Carmona est connu pour sa voix profonde et authentique dans la plus pure tradition du cante jondo, Il consacre sa carrière à faire connaître le flamenco et ses traditions.

Jose Candela 11863473_1046231392054511_346583446340423097_ncommence sa formation à Grenade auprès des plus grandes figures de la danse flamenco et espagnole et poursuit ses études au centre de l’art flamenco Amor de Dios à Madrid sous la direction de La Tati, Ciro et Güito. Il entreprend ensuite des études en danse contemporaine et flamenco au conservatoire de danse de Grenade.
Après des débuts en tant que danseur professionnel sur la Costa Brava et dans le sud de la France, il est aujourd’hui reconnu internationalement comme un danseur de grand talent. Il dirige sa propre école de danse flamenco à Grenade et continue également à donner des cours de danse flamenco à l’extérieur de l’Espagne, entre autres à Genève.

Maria Bertos est une jeune danseuse grenadine qui a commencé sa carrière dans le flamenco à l’âge de huit ans. Elle a été formée par les professeurs et artistes les plus prestigieux du monde du flamenco, tout en acquérant les bases essentielles du classique espagnol et contemporain.

DECISION: On joue à la Paroisse Protestante; 10, av. Bertrand

9 Août

Venez nombreux, ce sera un magnfique concert.

Jour capricieux. Décision à prendre

9 Août

Les prévisions météo ne sont pas très bonnes pour cet après-midi. Nous déciderons aux env. de 15h30 si le concert aura lieu dans le parc ou dans le temple protestant voisin. Restez connectés sur le blog ou sur notre page Facebook. Nous vous remercions de votre compréhension et surtout n’oubliez pas de venir

Dimanche 9 août: JAAAZZ !

4 Août

Malgré un été déjà riche en concerts de jazz un peu partout, nous avions l’envie de faire venir dans le parc un peu plus de cette musique d’une infinie richesse.
Notre choix fût extrêmement difficile car on ne compte plus les talents dans notre ville et nos coups de coeur  sont nombreux. Frustrés par l’impossibilité de présenter plus de formations, nous nous sommes arrêtés finalement sur l’idée de mettre sur pied un après-midi jazz, avec deux concerts à la suite.

Ainsi, l’après-midi de dimanche 9 août verra se produire à 17h00 ; Ernie Odoom (voix) et Cyril Moulas (guitare) dans « Ballads’n’ear », standards de jazz revisités, un voyage dans le pays de l’émotion.

A 18h30 : Le pianiste Mathieu Rossignelly entouré de François Gallix (contrebasse) et de Charles Clayette (batterie) interpreteront un répertoire constitué de compositions originales et standards.

————————————————————————–

Ernie

Musicien de jazz né à Glasgow, Ernie Odoom est co-fondateur du collectif funk PPA+, connu sur la scène genevoise depuis 1999, et l’instigateur des fameuses soirées les BlaKat Jam Sessions au Chat Noir à Genève. Il joue un rôle actif dans la promotion et l’organisation des événements de jazz dans la région genevoise.

En 2003 Ernie commence à exploiter de plus en plus sa voix et obtient en 2004 le Prix du Festival au Crest Vocal Jazz Competition.

cyril

Cyril Moulas est un guitariste français de 34 ans qui tourne depuis 10 ans dans différents projets. Il a enregistré une quinzaine d’albums commercialisés, jou régulièrement en Suisse, en France et ailleurs dans le monde. D’abord guitariste de jazz, il s’est ouvert au fil des rencontres à la musique africaine et, se jouant des frontières stylistiques, il développe un jeu inventif au travers d’expériences aux multiples facettes.

 featured-2951_7_rossignelly_web

Mathieu Rossignelly est un pianiste actif et reconnu sur la scène jazz suisse depuis plus de 15 ans.

En 2014, il crée le « Mathieu Rossignelly trio » qui joue un répertoire constitué de compositions originales, ainsi que de quelques standards arrangés. Ce groupe propose une musique d’une énergie communicative, qui repose sur la générosité, l’investissement sans faille et l’entente musicale des trois musiciens. Les références à la grande tradition des trios de jazz sont omniprésentes et elles servent de tremplin vers des développements improvisés.

 Mathieu Rossignelly (piano et compositions) et François Gallix (contrebasse) sont des compères de longue date. La complémentarité avec Charles Clayette (batterie) s’est faite tout naturellement au sein du trio.

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :