« L’Histoire du Soldat », première création du festival.

13 Juin

Image

L’orchestre « BSO » créé au printemps 2014 afin de réaliser ce projet pour le festival « L’Eté du Parc Bertrand » est constitué de musiciens professionnels venus de tous horizons ; elle accompagne le comédien Vincent Aubert en tant que récitant.

SEBASTIEN BRUGIERE – chef d’orchestre

SEBASTIEN CORDIER – percussions

ANNE FATOUT – violon

FABIO LO CURTO – clarinette

YOHAN MONNIER – trompette.

ROSIE MOON – contrebasse

JEANNE SIFFERLÉ – basson

RONAN YVIN – trombone

VINCENT AUBERT – comédien.

« L’Histoire du soldat » est un mimodrame, composé par Igor Stravinsky en 1917 sur un texte de Charles-Ferdinand Ramuz, pour trois comédiens (jouant tour à tour le Conteur, le Soldat, la Princesse et le Diable) et sept instrumentistes.

Ce ballet-opéra de chambre dont l’ambiance est empruntée au cirque ambulant et au jazz comporte plusieurs courts tableaux dont certains sont inspirés de diverses danses : tango, ragtime etc…

  • Marche du soldat
  • Musique pour la scène 1: air au bord du ruisseau
  • Musique pour la scène 2: pastorale
  • Marche royale
  • Petit concert
  • Trois danses: Tango / Valse / Ragtime
  • Danse du diable
  • Petit choral / Grand choral
  • Marche triomphale du diable

L’argument de la pièce, d’inspiration faustienne, reprend un vieux conte russe. C’est l’histoire d’un soldat qui, sur le chemin le ramenant au pays, rencontre le Diable qui lui propose un marché: son petit violon contre un livre permettant de prédire l’avenir. Le soldat accepte et suit alors le diable pour un détour de trois jours seulement. Quand il revient dans son village, personne ne le reconnaît : ni sa mère, ni sa fiancée, qui s’est mariée entre temps. Au lieu de trois jours, le séjour avec le diable a duré trois longues années (nous sommes alors dans la troisième année de la première guerre mondiale). Le soldat, devenu richissime grâce au livre mais n’en devenant pas plus heureux, joue aux cartes avec le Diable et mise toute sa fortune contre son petit violon. Ayant récupéré son instrument, il gagne le cœur d’une princesse qui se mourrait de langueur. Une fois mariés, Le soldat veut présenter son village à son épouse et, comme ils quittent le royaume, on entend une marche sarcastique aux percussions éblouissantes : le Diable triomphe et emporte le Soldat pour toujours.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :