Aurélie Jaecklé et « Chiome d’Oro », de la musique baroque en plein air.

8 Août

IMG_9607

Aurélie Jaecklé est née et vit à Genève. Elle adore chanter depuis qu’elle est enfant. En 2011 elle obtient, un Master d’Interprétation en chant dans la classe de Brigitte Balleys à la Haute Ecole de Musique de Lausanne.

Depuis, Aurélie mène une belle activité de soliste en concert. On a pu l’entendre récemment avec le chœur du Collège Claparède dans le Consolatrix afflictorum de Zelenka sous la direction de Didier Bonvin au temple Saint-Germain. Elle a chanté avec l’orchestre Praeclassica dans la Messe en Sol de Schubert (direction Ahmed Hamdy) et dans les Vêpres solennelles d’un confesseur de Mozart à l’église de Ferney-Voltaire. On l’a entendue également dans la Brockes-Passion de Stölzel avec la Schola cantorum de Sion (direction Marc Buchud) à l’Abbatiale de Payerne. Aurélie a aussi chanté le Requiem de Mozart (Auditoire de Calvin), des Repons de Victoria avec le chœur de la Haute Ecole de Musique de Genève, le Membra Jesu Nostri de Buxtehude, sous la direction de John Duxbury, et le rôle de Belinda (Dido and Aeneas) à l’église Saint Laurent de Lausanne.

Sur la scène musicale romande, elle interprète notamment la Second Woman (Dido and Aeneas) et Gretel (Hänsel und Gretel) dans le cadre de l’Atelier lyrique Gioco Vocale. Elle incarne également le rôle de Zerlina (Don Giovanni) au Théâtre du Jorat et le rôle de Gerda (Le Pélican) au Théâtre du Grütli à Genève.

Aurélie forme un duo avec le pianiste et compositeur Julien Painot. Ensemble, ils emmènent la Mélodie et le Lied dans des lieux insolites, en Suisse, en France, en Espagne et même au Japon !

Parallèlement à ses projets musicaux, Aurélie, qui est titulaire d’un Master en pédagogie vocale, transmet avec passion l’art du chant à ses nombreux élèves.

Le 11 août nous écouterons Aurélie avec l’ensemble « Chiome d’Oro ».

Fondé en 2009 à Genève par Pierre-Louis Rétat, claveciniste,l’ensemble « Chiome d’Oro a choisi d’explorer le monde de la musique baroque par le biais de la relation entre le texte et la musique. Partant du rythme naturel de la prosodie du texte, ils cherchent à retrouver un certain naturel ainsi qu’une simplicité dans l’approche musicale. Cette liberté dans la déclamation vocale permet de développer une liberté de jeu également chez les instrumentistes et de s’abandonner à l’improvisation d’une tout autre manière.

L’influence de la vocalité sur l’esthétique instrumentale est saisissante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :