Archive | juin, 2013

Alain Della-Maestra et le BBDR Big Band- le 7 juillet

29 Juin

BBDR_3Concert exceptionnel le dimanche 7 juillet à 17h30, Alain Della Maestra se produira et dirigera le BBDR Big Band, accompagné de Sylviane Duret Aubert au chant.
Des talents combinés de trompettiste et de chef d’orchestre
Né dans le sud-ouest, Alain Della Maestra décroche un 1e prix de trompette au conservatoire national de Toulouse à 16 ans. Il commence sa carrière professionnelle à Paris dans les années 1970 et joue dans d’innombrables formations professionnelles. Avec l’orchestre de Raymond Lefèvre, il accompagne les plus grandes vedettes de l’époque (Charles Aznavour, Salvador, Jean-Jacques Goldman, Phil Collins et bien d’autres). Installé en Haute-Savoie dès les années 1980, il rejoint l’orchestre de la radio et de la télévision suisse romande, puis celui d’Alain Morisod avec qui l’aventure continue ! Il donne aussi une orientation jazz à son jeu, en s’investissant comme lead trompette dans de nombreux orchestres tels que le Big Band de Lausanne, le BBGC de J.-F. Bovard et il accompagne de nombreux solistes (Didier Lockwood, Quincy Jones, Dee Dee Bridgewater, etc.).
A la trompette et au bugle, Alain Della Maestra est doté d’un timbre remarquable et il s’illustre aussi par la précision de son jeu. Très demandé en studio, sa discographie compte plus d’une centaine d’enregistrements !
Fort de son expérience, il s’oriente en parallèle vers la direction d’orchestre. Ses compétences dans l’appréciation harmonique et rythmique, doublées d’un fort leadership, en font un excellente chef d’orchestre. Et ce samedi, il sera aux commandes d’un redoutable big band qu’il dirige depuis 13 ans !
Le BBDR Big band : précision et sensibilité pour un riche répertoire
Il en faut des qualités pour aligner tout en puissance et en finesse des classiques du swing, de la bossa nova, des ambiances funky, en passant par des reprises des grands tubes de la chanson jazz !
Sans oublier qu’on a affaire ici à une solide formation de plus de 25 musiciens de la région franco-genevoise, avec une belle brochette de solistes de renom qui seront de la partie. On appréciera aussi les talents du jeune batteur Francis Stoessel, qui a obtenu le 1e prix au concours suisse de batterie et de percussion 2012 et qui apporte à la section rythmique un soutien et une précision remarquables.
Enfin, et pas des moindres, la voix de Sylviane Duret Aubert sait se placer sur cette véritable machine à musique. L’ambiance sera chaude… quelle que soit la météo.

Publicités

Un moment inoubliable.

29 Juin

Mariana Correia et Fado FatumL’après-midi du dimanche 16 juin, dans un cadre enchanteur et une ambiance enfin estivale, Mariana Correia, accompagnée de ses fidèles musiciens, a laissé s’exprimer sa joie de vivre en nous offrant un voyage magnifique. Belle, légère, heureuse, elle nous a fait partager les plus beaux fados portugais, en entrainant parfois le public, dont une grande partie était connaisseur.
Nous avons entendus des classiques comme Rosa de Fogo ( António de Sousa/ Carlos Gonçalves), A nudez do meu Fado (Mário Rainho/ Joaquim Campos) et Caravela da Saudade ( Carlos Zamara/ Sérgio Dâmaso), pour finir en beauté avec Tudo isto é Fado a capella et repris par un public conquis. Merci Mariana.

Mariana Correia, la grande dame du Fado à Genève, en concert le 16 juin 2013

12 Juin

Née à Lisbonne, elle émigre en Suisse-Genève au milieu des années 80. Encouragée par les amis tout d’abord, c’est par un heureux hasard qu’elle commencera à chanter le fado, même si depuis enfant déjà, une toute petite voix lui soufflait de faire usage de ce don. Elle rejoint la formation fondée par Armando Santos en 1988. Connue et reconnue par tout en Suisse au sein des communautés portugaises, mais aussi dans les villes frontalières d’Allemagne et de France, elle a su capter ce que le publique recherchait ! Sans jamais être au dessus de ses possibilités et chantant un répertoire vaste et en accord avec sa voix. En 1994 un premier enregistrement, « Saudade », des compositions d’un fado traditionnel pour les puristes du fado. En 2004 un nouvel enregistrement, « Mensagens », intégrant deux autres musiciens au groupe pour un accompagnement musical exceptionnel des quatorze thèmes choisis. C’est ainsi que la voix de Mariana Correia fut remarquée par un réalisateur de cinéma suisse, qui prend l’une des ses chansons pour son filme « Trois jeunes femmes ». Depuis, Mariana Correia, grâce à son charisme et à sa sensibilité, invite un publique plus large, allant bien au-delà des communautés portugaises à connaître et à ressentir le Fado. Considérant que l’âme portugaise n’a de plus précieux que le Fado…Son Fado, Son Destin.

Le Fado

12 Juin

Le fado est un genre musical portugais qui prend la forme d’un chant mélancolique généralement accompagné par des instruments à cordes pincées. Ce chant fut d’abord chanté dans les quartiers populaires avant d’atteindre la bourgeoisie. Le fado fut le chant national du Portugal à l’époque du dictateur Salazar.
Le mot fado vient du latin fatum, qui signifie « destin ». Il est probablement apparu vers les années 1820 ou 1840 au Portugal
La particularité du fado est que, dans la majorité des chansons, la coda est toujours jouée de la même façon. Le 27 novembre 2011, le Fado a été inscrit au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité1.
Il est généralement interprété par le chant, élément indispensable, et généralement accompagné par des instruments à cordes pincées, dont généralement la guitarra (sorte de cistre) et souvent une ou plusieurs violão.

Le Fado de Coimbra

Le fado de Coimbra est un chant lié aux traditions académiques de son université. Il est chanté uniquement par des hommes dans la rue ou en société. Les chanteurs comme les musiciens sont en général habillés de l’habit académique traditionnel noir, pantalon, habit long et veste de laine. Les chanteurs qui chantent comme les troubadours du temps des rois, s’adressent aux « donzelles » (les étudiantes). Ce chant se pratique le soir, dans les rues et sur les places. Les lieux les plus typiques sont les marches du Monastère Mosteiro de Santa Cruz et de l’église Sé Velha de Coimbra. Il est également courant d’entendre des sérénades, chants au-dessous de la fenêtre d’une dame que le chanteur tente de séduire.
Le fado de Coimbra peut être accompagné aussi bien à la guitare portugaise qu’à la guitare espagnole. La sonorité des fados de Lisbonne et de Coimbra sont cependant complètement différents.
Les thèmes les plus chantés concernent les amours d’étudiants, l’amour à travers la ville, l’amour dans le voyage, ainsi que les références ironiques et critiques à l’esprit conservateur des professeurs d’université.
Parmi les fados de Coimbra les plus connus, on notera Fado Hilário, Do Choupal até à Lapa, Balada da Despedida, O meu menino é d’oiro, Samaritana.

Le fado de Lisboa

Ce genre est originaire des quartiers populaires de Lisbonne (Alfama, Castelo, Mouraria, Bairro Alto, Madragoa). Il est pratiqué aussi bien par des hommes que par des femmes. Il est en général plus entrainant et plus joyeux que celui de Coimbra.
Le chanteur de fado ou fadiste (fadista) exploite en général des thèmes récurrents : la saudade, l’amour inaccompli, la jalousie, la nostalgie des morts et du passé, la difficulté à vivre, le chagrin, l’exil… Les paroles en rapport avec des problèmes sociaux et politiques, ou bien les textes revendicatifs, étaient censurés au milieu du siècle pendant la dictature de Salazar.
Le fado moderne a vu sa notoriété dépasser largement les frontières du Portugal avec Amália Rodrigues.
Actuellement, une génération de musiciens jeunes : Ana Moura, Maria Ana Bobone, Mariza, Joana Amendoeira, Mafalda Arnauth, Ana Sofia Varela, Katia Guerreiro, Camané, Carminho, Gonçalo Salgueiro, Diamantina, Telmo Pires, Cristina Branco participent à la popularisation de genre musical.

La fado dit « typique » est de nos jours chanté principalement à destination des touristes, dans des établissements spécialisés, notamment dans les quartiers historiques de Lisboa. Ces fados conservent des caractéristiques originelles : soit un chant triste, divertissant ou ironique, soit un dialogue partiellement improvisé entre deux chanteurs.
Source : Wilkipedia

Milonga « Tango Mi Amor »

10 Juin

Milonga tango mi amor-9.06.2013

Ceci est une photo subliminale car elle parle de tango sans qu’à aucun moment une allusion explicite ne soit faite. L’art du photographe se manifeste en placant le groupe de danseurs à la fin de la milonga au milieux d’un masif de rhododendrons en fleurs de trois couleurs différentes, symbole de l’amité qui se crée autour du tango qui, je repète, n’est pas indiqué explicitement à aucun moment dans la photo.
Enfin, si Patrick n’avait pas fermé les yeux sur la prise no. 2, celle-ci aurait été meilleure que celle-ci et qui est la prise no. 3.
Je veux remercier Rachele et Stefano qui, malgré le fait qu’ils n’exteriorisent pas toujour leur joie de vivre, savent rendre leurs milongas si parfaites, si particulières, généreuses et attirantes.

L’Eté arrive.

3 Juin

Une belle ambiance hier pour le premier concert du festival. Sous les rayons d’un soleil presque inattendu (nous ne savions pas jusqu’à la dernière minute si nous pourrons installer la scène dehors), mais avec une légère bise et des températures basses pour la saison, le concert a réuni un public nombreux, des amateurs de jazz, de musique latine, ou tout simplement à la recherche de découvertes.
Excellent concert, jouant une musique de très haut niveau, avec une belle énergie et virtuosité technique, le quartet « Picante latin jazz », notamment à travers des compositions originales de Pablo Aubia, nous a donné un avant-gout des grands festivals d’été qui commenceront bientôt un peu partout.
Gourmand, j’aurais aimé redécouvrir aussi quelques standards de la musique cubaine, connus par un plus large public. Ce sera peut-etre pour une autre fois.

Pablo Aubia Quartet

Eclairage : L’Été au Parc Bertrand ; Interview d’Elian Wechsler

3 Juin

http://www.mixcloud.com/RadioVostok/eclairage-festival-l%C3%A9t%C3%A9-au-parc-bertrand-interview-delian-weshsler/

Image

Nouvelles de Champel – juin 2013

3 Juin

Nouvelles Champel-Juin 2013

%d blogueurs aiment cette page :